Sclérose en plaque

points de sensibilité de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune qui touche des individus génétiquement prédisposés mais qui semble déclenchée par des éléments environnementaux qui agissent comme des facteurs de dérégulation de l’immunité, d’inflammation et de dégénérescence des nerfs.

La myéline (gaine d’isolation des cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière) est endommagée par des lésions qui altèrent la capacité des différentes parties du système nerveux à communiquer entre elles, et engendrent de nombreux symptômes physiques et mentaux.

Deux formes principales existent : la forme rémittente évolue par poussées, caractérisées par l’apparition de troubles en quelques jours, pouvant régresser complètement ou non en quelques semaines. La forme progressive est dépourvue de poussées et évolue peu à peu.

Plusieurs hypothèses de causes (étiologie) ont été avancées, comme une destruction de la myéline par le système immunitaire ou une incapacité des cellules à la produire. Des causes génétiques et environnementales, telles que des infections, ont aussi été proposées.

Le diagnostic est généralement posé d’après les signes et symptômes et grâce à des examens complémentaires.

Il n’existe pas de traitement curatif. Les médicaments et soins visent à améliorer les fonctions après une poussée ou à repousser de nouvelles crises.

Les médicaments utilisés sont modérément efficaces et peuvent avoir des effets secondaires. L’espérance de vie du patient diminue de 5 à 10 ans en moyenne.

C’est la maladie auto-immune affectant le système nerveux central la plus fréquente. En 2008, 2 à 2,5 millions de personnes dans le monde étaient atteintes avec des prévalences très variables selon la géographie et les populations. En 2013, la sclérose en plaques est responsable de 20 000 décès dans le monde contre 12 000 en 1990.

La maladie débute généralement entre 20 et 50 ans et est près de deux fois plus fréquente chez les femmes.

Source copier/coller Wikipedia.

Le CBD et la sclérose en plaques

Le CBD peut-être une solution alternative à la lourdeur des traitements adaptés à cette maladie. Effectivement l’huile de chanvre CBD étant anti-inflammatoire, il va empêcher les cellules du système immunitaire d’attaquer les cellules nerveuses et ainsi soulager le malade dans ses douleurs et dans ses mouvements notamment les articulations des jambes et des bras, mais aussi calmer les spasmes musculaires provoquer par la maladie.

Du CBD 1000 mg à prendre  à raison de 1 pipette matin et soir, peut avoir un effet bénéfique sur cette maladie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *